Les Proto-Bulgares

LES ANCIENS SYMBOLES DES BULGARES

Le symbolisme extrêmement riche des Bulgares représentés par des signes et des ornements runiques reflète leurs notions mythologiques et leur religion. Bien qu'il soit bien établi et systématisé, sa signification soulève parfois encore un certain nombre de questions. Tous les chercheurs qui étudient ces signes sont unanimes sur le fait qu'ils avaient un rôle multifonctionnel, servant parfois de signes de protection, d'écusson familial, de symbole religieux, de marque de fabrique, certains comme lettres et bien d'autres. Il existe de nombreuses preuves que les Bulgares avaient leur propre système écrit basé sur des signes runiques, qui a ensuite été emprunté et partiellement utilisé par les Khazars dans leur période pré-juive.

La liste des anciens signes bulgares comprend des spirales, des doubles spirales, des symboles solaires, des paumes humaines et autres. Ces signes reflètent le fait que le culte du Soleil était répandu parmi les premiers Bulgares.

Les symboles solaires comptent parmi les premiers symboles de l'art humain. Les symboles solaires les plus répandus ont été découverts au Néolithique et en particulier à l'Âge du Bronze. Nous les rencontrons également dans l'art des Thraces. Chez les Bulgares, les signes représentant le soleil sont courants sur les murs des forteresses de Pliska et de Preslav, sur les objets du quotidien et les éléments de construction. Sur le mur est de la forteresse de Pliska, le signe le plus courant est le triskel, qui est un symbole solaire. Beaucoup de ces signes solaires ont été trouvés dans le Nord du Caucase, dans les terres historiques de Bersilia et de l’Ancienne Grande Bulgarie.

Les signes solaires comprennent des rosaces, des cercles concentriques et en spirale avec des radiales, se croisant en lignes (rayons). La croix en tant que signe solaire représentait à l'origine l'instrument créateur du feu chez l'homme primitif (deux branches de bois, situées transversalement et frottées l'une contre l'autre). Par la suite, la croix est devenue un symbole du feu, ainsi que le soleil perçu comme le feu céleste. En variante de la croix, la swastika apparaît au Néolithique et symbolise la flamme ardente et solaire. La croix en tant que symbole d'immortalité et de résurrection a ensuite été utilisée dans la religion chrétienne et est devenue son principal symbole.

Un autre symbole solaire répandu est la roue, car on pensait à l’époque que le Soleil était une roue parcourant dans le ciel.
Le signe bulgare le plus typique est le signe IYI (epsilon), dont la présence sur toute découverte historique du pays des anciens Bulgares indique quasi certainement un lien avec les Proto-Bulgares. Il semble que ce signe ait une signification multifonctionnelle, car il était encore utilisé 100 ans après la christianisation des Bulgares. On pense que ceux-là, ainsi que de nombreux autres signes runiques Proto-Bulgares, étaient utilisés comme signes ancestraux, protecteurs, magiques et comme marques de fabrique.

À l’intérieur et à proximité des anciennes terres bulgares proches du Caucase: le Daghestan, la Tchétchénie et l'Ingouchie, se trouvent en grande abondance, des figures préchrétiennes, qui sont des variantes du signe "tribozhié" (trinité). Ce sont des triskels, des trilobes et des croix triples. Ces signes étaient les principaux symboles païens pour la population locale, y compris les Bulgares et leurs voisins, les Nakhs du Nord-Caucase. Plus tard, les signes du type «tribozhié» ont été apportés par les Bulgares du Caucase en Bulgarie danubienne. Cela peut être attesté par le fait que des signes identiques ou similaires étaient des figures courantes dans l'ornementation des colonnes, des dalles de pierre, des boucles métalliques et des ornements de Pliska et de Preslav, ainsi que dans la sculpture sur bois sur le coffre de Terracina. On le trouve également dans la sculpture sur bois domestique et religieuse du Moyen Âge et plus récemment.

Chez les Proto-Bulgares, le culte du nombre trois peut être exprimé non seulement par le triskel, la croix triple et le trilobe, mais aussi par le signe Y. Le signe Y jouait probablement le rôle du nombre sacré trois.

Les premières capitales bulgares de Pliska et de Preslav, ainsi que de nombreuses colonies et forteresses du nord-est de la Bulgarie et de Dobroudja, avaient un plan architectural en trois couches similaire à ce signe. Les villes de la Bulgarie de la Volga avaient également un tel plan à trois niveaux. Cette façon de construire et de protéger leurs villes, typique des premiers Bulgares, trouve ses racines en Asie centrale, où les villes ont été construites au début de notre ère et plus tardivement, comprenaient trois surfaces concentriques. Ces villes et forteresses contenaient trois zones: la forteresse intérieure du souverain, la ville médiane, où vivaient artisans et marchands, et la ville extérieure habitée principalement par des agriculteurs et des éleveurs. Les trois parties étaient entourées des murs de la forteresse.

Les anciens signes bulgares furent préservés au fil des siècles et sont tissés dans des tapis, des costumes et les objets du quotidien de différentes régions ethnographiques de Bulgarie. Transmis à travers les générations, ils reflètent la forte connexion spirituelle et la continuité qui existent à travers les générations. Ils constituent un héritage éternel qui relie les Bulgares d'aujourd'hui à leurs lointains ancêtres et préserve leurs racines profondes.

22/10/2020