Les Proto-Bulgares

Les aouls des Proto-bulgares

Les écrivains byzantins désignaient les forteresses proto-bulgares sous l’appellation d’ « αὐλαὶ” – « palais » ou « cour ». De ce fait, dans la littérature scientifique bulgare, la dénomination «aoul» a été conservée. Les fouilles archéologiques dans le nord-est de la Bulgarie peuvent donner une idée claire de ces fortifications, en tant que centres du pouvoir administratif et militaire des dirigeants bulgares du début du Moyen Âge.

Les aouls sont des palais fortifiés. L'armée y était établie en garnison et un petit palais fut érigé. Dans certains des plus grands, les temples du dieu bulgare suprême ont été érigés.

Le but des forteresses situées à l'intérieur de l'État bulgare était de renforcer la défense de la capitale Pliska et d'être utilisées comme bouclier. Cette large fortification et le déploiement de l'armée permanente du khan dans ces forteresses montrèrent leur efficacité durant l'été fatidique de 811. Dans sa campagne contre le centre de la Bulgarie, l'empereur byzantin Nicéphore le Logothète se heurta à ces forteresses bulgares, et bien qu'il en captura et brûla beaucoup, il ne put pas détruire la force de frappe de l'armée bulgare. En raison de la résistance des garnisons des villages, l'armée byzantine se déplaçait relativement lentement sur les terres bulgares. Grâce à cela, le Khan Kroum réussit à se replier puis à regrouper ses forces principales, avant d'affronter l'Empire romain d'Orient et de les vaincre dans le col de Varbitsa.

L'un des aouls les plus connus reste celui construit par Khan Omourtag sur la rivière Tisza dans la première moitié du IXe siècle. Un autre similaire était Preslav. Avant de devenir le siège du pouvoir royal de l'état bulgare à l'époque de Siméon, il faisait partie de la ligne défensive de Pliska. La capitale même du premier État bulgare au début était un aoul, le point de ralliement de l'armée bulgare. Par la suite, après l'établissement permanent des Bulgares de l’époque médiévale, il s'est agrandi avec un certain nombre de bâtiments administratifs, de marchés et de quartiers qui sont sortis de terre et lui ont donné l'apparence d'une ville à part entière.

Un de ces premiers aouls conçu pour garder la route entre Pliska et Drastar a été découvert et certaines de ses sections ont été fouillées et étudiées, près du village de Kladentsi, district de Tolbuhin. Aucune trace de palais n'y a été trouvée dans le sens strict du terme. Les premières demeures de ses habitants étaient des bâtiments en forme de yourte. Ce n'est que plus tard qu'ils ont commencé à construire des huttes semi-enterrées pour les remplacer. Ce village est un quadrilatère avec des côtés de 160-200 m. Il est fortifié avec une butte défensive et un fossé. Il a été construit sur un site où il y avait de nombreux puits avec de l'eau abondante dans cette région autrefois asséchée. Cela a donné à la fortification une signification particulière. Le plus important était son emplacement clé en plein milieu de la route entre l’«ongal» central (camp fortifié) de Pliska et l'importante forteresse danubienne de Drastar (aujourd'hui Silistra). L'armée qui y était stationnée était chargée de défendre les nombreuses colonies vulnérables dans les vallées fluviales face au Danube entre les forêts et la steppe. Drastar elle-même était incluse dans le système de défense du pays. Ceci est démontré par la chronique apocryphe bulgare du XIe siècle, où il est écrit: "Et ce roi Ispor (Khan Asparukh) créa de grandes villes: Drastar, sur le Danube" .

Les parties des murs de la forteresse de Drastar découvertes lors des fouilles archéologiques montrent que les Bulgares du Khan Asparoukh ont reconstruit les parties de l'ancien mur de forteresse encore préservées et les ont parachevées. Les nouveaux bâtiments avaient un caractère particulièrement impressionnant et monumental, c'est pourquoi dans la mémoire des générations jusqu'au XIe siècle, Khan Asparoukh est resté dans les mémoires comme ayant créé la ville de Drastar.

Les aouls des souverains bulgares étaient une expression de force et d'autorité, tant pour leur propre peuple que pour les étrangers. En plus de défendre le pays contre les ennemis pendant les guerres et les périodes difficiles, ils portaient en eux toutes les réalisations de la culture et de l'esprit bulgares. Les maisons et les bâtiments des villages étaient décorés de sculptures en bois, d'ornements et de symboles étroitement liés à la vie et à la culture spirituelle des anciens Bulgares.

Grâce à eux, la population vivant dans ce vaste territoire gouverné par les souverains bulgares pris conscience qu'elle faisait partie d'un tout. Grâce aux centres spirituels, aux diverses unités administratives qu'ils abritaient ou aux colonnes célébrant les victoires triomphale que les hommes d'État bulgares érigèrent, le processus de consolidation et de transformation en un ensemble homogène des anciens Bulgares et de la population locale se déroula sans heurts. De cette manière, les aouls ont contribué à former la conscience nationale du peuple bulgare.

14/10/2020