Les Proto-Bulgares

LE KHAN KOUBRAT ET L’ANCIENNE GRANDE BULGARIE

Le grand Koubrat, dont les fils ont fondé plus tard cinq autres États bulgares sur la carte de l'Europe, a rapidement rendu célèbre le nom des Bulgares et les a transformés en une force militaro-politique sérieuse. 

En 635, le chef de la tribu bulgare des Onogoundours Khan Koubrat créa dans les steppes d'Azov et de la mer Noire la grande union tribale de « l’Ancienne Grand Bulgarie ». Le pays s'est développé rapidement et est devenu un facteur militaro-politique sérieux dans le monde médiéval.

Les prémices de l'État qui est marqué l'histoire sous le nom d’Ancienne Grande Bulgarie ont vu le jour en 635. Le Khan Koubrat, qui revenait alors de Constantinople, fut promu par son oncle Organa à la tête des Onogoudours. Avec son oncle, Koubrat a déclaré la guerre aux Avars, pour mettre fin à la dépendance des Bulgares à leur égard.

Après une série de rudes batailles dans les steppes de la mer Noire, au cours desquelles Organa périt, Koubrat parvint à gagner son indépendance. Le nouveau souverain des Bulgares a rapidement conclu un traité avec l'empereur byzantin Héraclius, avec qui ils étaient bons amis depuis son séjour à Constantinople. Koubrat prit la responsabilité de défendre les frontières orientales de l'empire contre les ennemis pouvant s’attaquer à Byzance. En retour, l'empereur lui donna le titre de patricien et le couvrit de généreux cadeaux. Selon les chroniqueurs, ce titre n'est pas accidentel. On pense que Koubrat s'est converti au christianisme à Constantinople, et plus tard de nombreux membres de sa propre famille et de ses proches ont adopté la nouvelle foi. Cela explique les bonnes relations qu'il entretenait avec la famille impériale, y compris le soutien qu'il a apporté après la mort d'Héraclius à sa femme Martina et à ses fils.

Khan Koubrat prônait une certaine tolérance religieuse envers les peuples qui entraient dans les frontières de son état, tout en étant à la fois un adversaire implacable et un guerrier émérite. Mais il restait leur rival de sang : le clan Ashina, qui était lié à la tribu des Khazars. Koubrat leur fit la guerre avec acharnement et ce n'est qu'après sa mort que les Khazars ont réussi à établir leur suprématie et à conquérir de grandes parties de l’Ancienne Bulgarie. Cet évènement est en fait un processus naturel résultant de la séparation des fils de Koubrat. On sait aujourd’hui que la raison principale en était le désir de rechercher de nouvelles terres fertiles, où les Bulgares pourraient s'installer définitivement et mettre fin à leur mode de vie semi-nomade. Par la suite, deux de ces entités, la Bulgarie du Danube, à l'intérieur de laquelle vivent les Bulgares d'aujourd'hui, et la Bulgarie de la Volga-Kama, se sont établis et ont atteint une prospérité encore plus grande. Cependant, ce qui est extrêmement important de savoir sur l'Ancienne Grande Bulgarie, c'est qu'elle marque le début du processus d'unification de la conscience des Bulgares en un seul bloc. Khan Koubrat poussa ses compatriotes dispersés et souvent belliqueux à former leur conscience en tant que peuple.

Initialement, l'alliance tribale Proto-Bulgare sous le règne de Koubrat a vu le jour sur le territoire subordonné au Khaganat turc occidental et rejeta son pouvoir en 631. Alors que les frontières les plus à l'ouest de ce Khaganat atteignaient le Caucase, la mer Noire, la mer d'Azov et le fleuve Don, dans cette partie la plus occidentale, « l’Ancienne Grande Bulgarie » a été formée et établie. C'était le noyau principal autour duquel d'autres tribus se sont alors unifiées, formant l'union tribale Proto-Bulgare pendant son apogée.

 Après l’accord de paix avec Byzance en 635 et la stabilisation de la situation à l'est, Koubrat a rassemblé d'autres tribus sous sa bannière. Ce n'est pas un hasard si Théophane mentionne qu'autour de la mer d'Azov et de Phanagoria, outre les Juifs, vivaient « une multitude de peuples ». Il y avait sans doute parmi eux des tribus magyares (hongroises), à propos desquelles il existe de nombreuses données écrites, linguistiques et archéologiques. Il était tout à fait naturel dans cette situation que l'expansion de « l’Ancienne Grande Bulgarie » ait lieu dans les terres à l'ouest du fleuve Don, où vivait la tribu proto-bulgare des Kotragi (Koutrigouri).

Le fait même que les Kotragi soient recensés comme subordonnés à Koubrat porte à penser que l'alliance tribale proto-bulgare s'étendait à l'ouest du fleuve Don. Cela est confirmé par le fait qu'après la désintégration de l'alliance tribale à la suite de la mort de Khan Koubrat, l'un de ses fils (Khan Kotrag) s'est installé de façon permanente dans la région située entre le Dniepr et le Don, des terres qui étaient incluses dans l’aire d’influence de l'Ancienne Grand Bulgarie.

Les frontières de l'union tribale proto-bulgare dirigées par le Khan Koubrat peuvent être délimitées comme suit: à l'est, le cours inférieur de la Volga et de la mer Caspienne au Caucase. Au sud, les montagnes du Caucase, la mer Noire, la mer d'Azov (à l'exception de la Crimée) jusqu'à la baie de Karkinitsky. La frontière ouest longeait le Dniepr et, dans certaines parties, atteignait la rivière Bug. La frontière nord s’étendait jusqu’aux monts Ergeni (ces élévations sont aussi appelées Montagnes du cheval ou Montagnes bulgares) et le coude du fleuve Don, les voisins directs des Proto-Bulgares étant la tribu des Antes.

La capitale et ville principale de l'union tribale proto-bulgare s'appelait Phanagoria. Cette ancienne colonie a vu le jour vers le VIème siècle avant JC sur les rives de la baie de Taman. Plus tard au IVe siècle après JC, la ville fut saccagée par les Huns et les Goths. Au Vème et VIème siècle, la ville a progressivement commencé à se reconstruire et est même devenue le centre du diocèse de Phanagoria. Son ascension et son renouveau sont dus à la politique réussie de Koubrat et aux contacts commerciaux maritimes prospères que le dirigeant bulgare a maintenus et entretenus, grâce au port de Phanagoria.

L'histoire de l'union tribale proto-bulgare dirigée par le Khan Koubrat se reflète de manière unique dans la plus ancienne chronique bulgare, « le Répertoire des Khans bulgares".

Koubrat a gouverné l'ancienne Grande Bulgarie de 635 à 650. Homme d'État faisant autorité, doté d'un talent et d'une sagesse militaires exceptionnels, le chef bulgare a non seulement réussi à unir les Bulgares dispersés, mais nous a également transmis sa sagesse et son héritage, dont tous les enfants bulgares sont aujourd'hui inspirés. Les paroles du Khan Koubrat résonnent dans le temps pour nous montrer et nous rappeler que ce n'est qu'ensemble, avec des efforts communs, que les Bulgares sont capables d'accomplir de grands projets.

Au Parc Historique, les visiteurs et les invités peuvent acheter la bande dessinée « Khan Koubrat : le testament des Bulgares », qui présente de manière fascinante une partie de la grande histoire de la Bulgarie. Distribué gratuitement à tous les élèves de CM2 dans les écoles bulgares par la Fondation Vazdigane (« élévation »), il vise à préserver l'esprit bulgare fier et ancien, pour nourrir la force des enfants d'aujourd'hui. Ayant reçu un fragment de la sagesse qui leur a été transmise au cours des siècles par le grand homme d'État bulgare, ils porteront le nom de leur patrie partout dans le monde avec honneur et dignité.

03/06/2020