Les Proto-Bulgares

La rosette de Pliska

Son origine bulgare établie et son lien étroit avec les racines de notre peuple en font un symbole que de nombreux Bulgares portent comme ornement.

Malgré les nombreuses théories existantes, les chercheurs sont catégoriques sur le fait que la "Rosette de Pliska" est étroitement liée au mode de vie et aux croyances des anciens Bulgares. La "rosette" compte sept rayons, tout comme le nombre de corps célestes - les planètes, connues de l'Ancien Monde, qui étaient vénérées comme des dieux.

On a initialement supposé que les signes et les rayons étaient associés aux sept planètes, Jupiter, Saturne, Mars, Vénus et Mercure, auxquelles le Soleil et la Lune étaient traditionnellement ajoutés. Des rosettes similaires en bronze à sept faisceaux avec un double cercle solaire au centre, mais sans signes conservés, ont été trouvées en Bactriane ainsi qu'en Macédoine du nord.

Les signes de l'étoile de Pliska sont superbement gravés et les extrémités de chaque section sont marquées de lignes perpendiculaires. Géométriquement, l'étoile est calculée et proportionnée très précisément. Cette gravure minutieuse des signes et des rayons, ainsi que le niveau technologique de production utilisé (moulage matriciel de l'étoile à destination de la fonte de bronze) soutiennent l'idée que la rosette faisait partie d’une production de masse et de haute qualité.

Selon les notions cosmologiques de certains peuples anciens, dits Sapéens, de l'Ancien Monde (Babyloniens, Perses, Indiens), les corps célestes sont soit immobiles (étoiles), soit en mouvement (planètes). Selon ces peuples, les planètes sont en fait des dieux qui gouvernent la vie des gens et les événements sur Terre. Les dieux visibles sont ainsi 7 - le Soleil, la Lune, Jupiter, Vénus, Mars, Saturne et Mercure. Selon ces notions, chaque planète se déplace dans son propre cercle céleste à différentes distances de la Terre. Dans le septième cercle, le plus élevé (septième ciel) se tenait le Soleil. Les astronomes sapéens (alors appelés astrologues) représentaient souvent les sept planètes comme les rayons d'une rosette à sept branches.

À l'aide de cette rosette, les astrologues des royaumes sapéens ont déterminé quelle planète-dieu régissait une heure donnée dans la journée et ont ainsi essayé de deviner l‘arrivée d'un événement futur - une bataille, une transaction, une naissance, etc. Un instrument étranger, semblable à l'étoile de Pliska, était utilisé dans l'Inde ancienne.

De nombreux chercheurs bulgares et étrangers ont recherché la signification de la rosette de Pliska. Tous les chercheurs supposent qu'il y a deux signes sur chaque rayon de l'étoile de Pliska. Sur cette base, de nombreuses tentatives, mais jusqu'ici peu convaincantes, ont été effectuées pour interpréter les signes sur la rosette. Certains auteurs suggèrent que les signes sont des runes qui servent de lettres. D'autres lient ces signes à des idéogrammes, des cryptogrammes en lettres grecques, etc.

P. Dobrev a émis l'hypothèse que le nom ou le début du nom de la planète respective est écrit en runes sur chaque rayon de la rosette de Pliska.
La plupart des signes sur la rosette en bronze de Pliska se trouvent également sur une amulette en plomb avec des signes proto-bulgares trouvés dans le nord-est de la Bulgarie. Les célèbres signes du Soleil, de Vénus et de la Lune de la rosette ressortent assez clairement sur le médaillon.

D'après les exemples présentés ci-dessus, il est clair que les signes mentionnés sur la rosette de Pliska étaient largement connus et utilisés sur une partie importante du territoire autour des principaux centres de la Bulgarie païenne. Ces signes correspondent aux principaux dieux planétaires des Proto-bulgares dirigés par le Soleil.

La rosette de Pliska est sans aucun doute un artefact étroitement lié à notre essence en tant que Bulgares, à l'héritage de nos ancêtres et à la compréhension du monde et de l'univers qui existaient dans la société de cette époque. À ce jour, de nombreux Bulgares portent des copies de la rosette de Pliska en divers métaux - le plus souvent en argent, comme bijoux. De cette manière, ils témoignent de leur lien avec l'héritage ancien de leurs lointains ancêtres et deviennent les gardiens des traditions et de l'énergie et de la force divines qui ont guidé le grand peuple bulgare et l'ont protégé dans les jours d’incertitude.

14/10/2020