Le Premier Empire Bulgare

LES MONASTÈRES DE VÉLIKI PRÉSLAV - CENTRES D'ACTIVITÉ LITTÉRAIRE ET CULTURELLE

Ils sont rapidement devenus des centres où se développaient l'activité littéraire et la vie artistique du Premier Royaume bulgare. 

La plupart des monastères de l'époque de la première nation bulgare ont été construits à Préslav. Ils sont associés au nom du Tsar Siméon et à l'activité académique et à la vie artistique se sont intensivement développés grâce à eux. Les monastères de Véliki Préslav étaient appelés à jouer le rôle de centres de piété chrétienne.

Huit monastères existaient autour de Préslav et de ses environs immédiats. Ce sont généralement de grandes installations résidentielles associées aux églises. Dans la plupart d'entre eux, leur vocation de monastères est incontestable.

Il y avait quatre complexes monastiques sur la rive droite de la Tisza à l'extérieur de la ville fortifiée. Le plus abrité dans les montagnes est le célèbre monastère de Patleïna. Le folklore conservé au nom local montre que l’église du monastère était dédiée à Saint-Pantaléon. C'était un bâtiment en forme de dôme cruciforme, érigé sur une terrasse artificielle en terre en contrebas de la montagne. Il y avait d'autres bâtiments autour et au sud de l'église. L'un d'eux était un bâtiment particulièrement long et, d'après le plan de ses fondations, on peut supposer qu'il y avait un nombre important de pièces à l'étage - des cloîtres équipés d’auvents. La terrasse, au-dessus de laquelle l'église a été construite, a été fortifiée sur le côté ouest de la pente avec un mur de soutènement épais, également renforcé par une tour de soutien solide à l'angle. Il y avait un certain nombre de pièces devant ce mur de soutènement à un niveau inférieur, ouvert non pas vers la cour du monastère, mais vers l'extérieur. La présence de fours pour la production de poterie d'argile peinte sur les lieux indique qu'il s'agissait d'ateliers de céramique. Sous le monastère, à côté du torrent de montagne, des fours pour la production de telles céramiques ont été découverts. Au sud-est de l'église elle-même, dans un petit bâtiment, de nombreux morceaux de verre fondu ont été trouvés, ce qui suggère que la production de résine de verre pour la mosaïque y avait lieu.

Un complexe monastique intéressant sur la rive droite de la Tisza était le monastère de la région de Touzlalaka. L'église de ce monastère était en forme de dôme croisé. Comme dans l'église de Patleïna, sa décoration intérieure était composée de carreaux d'argile peints en blanc en relief. La cour du monastère était entourée de longs bâtiments droits avec des quartiers d'habitation.

Le monastère de Touzlalaka est remarquable pour ses fours ouverts et ses ateliers de production de céramiques peintes en argile blanche. Des restes de produits finis utilisés dans la construction et la décoration de l'église ont également été trouvés. Un atelier de peinture a été découvert au sud. Outre le clergé et les scribes, les moines étaient aussi potiers et peintres.

Deux autres monastères, dans cette partie de la région de Préslav, sont situés au fond d'une vallée pittoresque au pied de la montagne de Préslav. Dans le coin extrême est de la vallée de Byal Bryag, dans la région de Valkashina, il y a les restes d'un vaste complexe monastique formé par une cour rectangulaire entourée de longs bâtiments avec des cellules et une église à coupole cruciforme, dont seul le stylobate massif sous le bâtiment actuel a été préservé. Immédiatement au-dessus de ce monastère, sur une pente nue de collines montagneuses, se dressent les vestiges impressionnants d'un autre complexe monastique - celui de la région d'Avradaka. La cour rectangulaire du monastère avait sa partie ouverte orientée vers toute la vallée pittoresque pour le plaisir de ses habitants. Les murs blancs de la forteresse et les palais de la ville scintillaient au pied de ce panorama de montagnes et de collines.

La particularité de ce monastère en tant que complexe est que son église, un bâtiment en forme de dôme cruciforme de type développé avec des supports en demi-dôme libres, est située à l'extérieur de la cour du monastère. Elle différait de toutes les églises de Préslav par sa riche décoration architecturale et sculpturale. En plus des corniches, composées de cloisons en calcaire décorées de torii ronds, de denticules et de motifs dits « dents de loup » dans des combinaisons complexes réussies, des têtes d'animaux sculptées en trois dimensions en calcaire ont été intégrées à ses façades, donnant au bâtiment un style «animal» particulier de décoration.

Dans la ville fortifiée de Préslav, il existe des données fiables à propos de deux complexes monastiques. L'un, populaire depuis de nombreuses années dans la région de Tchéréchéto, est célèbre pour son église en bois. Outre les bâtiments habituels des ensembles monastiques à une rangée de pièces (cloîtres), ce monastère avait certainement une salle à manger pour les moines, qui diffère des autres bâtiments avec leur longue salle, orientée d'ouest en est et se terminant à l'est par une abside d'autel.

 Un grand complexe monastique a été découvert dans la partie nord-ouest de la ville extérieure sur une terrasse en pente, qui descend de la colline de la montagne Zabouïté à l'est. La taille de cet ensemble, sa situation à côté du palais de la ville intérieur et la richesse de ses habitants, illustrées par de nombreuses découvertes, ne laissent aucun doute que la vie dans ce monastère était étroitement liée celles du palais.

 Le monastère avait deux grandes cours, entourées de longs bâtiments avec un nombre important de pièces. Entre les cours nord et sud se dressait l'église, comme d'habitude, un bâtiment en forme de dôme cruciforme. Le monastère sous Zabouïté a connu une activité intense pendant longtemps. Certains bâtiments résidentiels ont été rénovés. À côté de l'aile ouest des bâtiments du monastère, adjacent à celui-ci, un petit bâtiment supplémentaire, probablement également cruciforme, en forme de dôme, a été construit à partir du plan typique de Préslav avec des intervalles comblés.

  Le développement de l'architecture de l'église dans la première moitié et le milieu du Xe siècle et les tendances générales de la vie spirituelle du pays ont conduit à la fondation et à l'expansion de monastères à la fois dans les centres administratifs urbains du pays et au-delà.

 Avec la construction des complexes monastiques autour de Véliki Préslav, le tsar Siméon a lancé une activité éducative et littéraire active. Ainsi, les centres spirituels sont devenus des centres de la culture bulgare à partir de l'âge d'or de ce souverain bulgare exceptionnel.

Les invités et les visiteurs du Parc Historique pourront découvrir la vie dans les monastères, le centre de la spiritualité sous le règne du tsar Siméon le Grand. Dans un scriptorium spécialement créé, chacun pourra écrire son nom et son message sur un parchemin sous la direction d'un reconstitueur-calligraphe expérimenté, le ramener chez soi et ainsi s'impliquer dans la vie des éducateurs et du clergé qui ont offert l'écriture slave à l’humanité et a élevé le nom de la Bulgarie au sommet du monde chrétien de l’époque.

17/11/2020