Le Premier Empire Bulgare

LES TEMPLES RELIGIEUX DE LA BULGARIE DU DANUBE

Bien qu'aux yeux des Byzantins, cette religion fut païenne, c'est la base solide sur laquelle les anciens Bulgares ont bâti leur société. 

Suite à la traversée du Danube, le Khan Asparoukh construisit sa nouvelle capitale, Pliska, prenant ainsi un certain nombre de mesures visant à stabiliser la nouvelle union d'État. Des constructions à grande échelle ont commencé. Le long des frontières, des buttes et des fossés défensifs pour arrêter les ennemis furent construits, et dans la capitale et les grands aouls fortifiés, des temples furent érigés. Ces sanctuaires et temples étaient associés au culte du dieu suprême des anciens Bulgares. Les rituels y étaient exécutés par des prêtres spécialement préparés et formés, appelés « kolobars ». Initiés aux secrets de la nature et possédant une connaissance et une sagesse avancée, ils étaient les gardiens de cette sagesse et de cette connaissance séculaires qui accompagnaient le noble peuple bulgare depuis la nuit des temps. Bien que considérés comme des païens par les Byzantins, les temples des Proto-Bulgares sont des preuves incontestables des racines anciennes de leur civilisation.

Les premières découvertes archéologiques de ces temples ont été exhumées lors des fouilles de Pliska. Les restes des fondations d'un grand bâtiment rectangulaire ont été trouvés, adjacents au palais, avec des fondations massives de blocs de pierre taillée. Son orientation est dans le sens est-ouest, et des traces ont confirmé qu'après l'adoption du christianisme, il a été converti en église.

Madara est mentionné comme l'un des principaux complexes cultuels, où les chefs et les prêtres bulgares effectuaient des rituels et des sacrifices liés au dieu suprême. Parmi les sanctuaires, la structure principale a un plan similaire à celui de Pliska.

Les fouilles archéologiques au fil des ans ont mis à jour de nombreux vestiges de temples. La plupart des temples avaient une forme rectangulaire ou carrée, mais certains, comme ceux de Durankulak et de Baltchik étaient ronds. Les Proto-Bulgares utilisaient sans aucun doute diverses techniques et procédés pour ériger leurs centres spirituels, en vue d’adorer le dieu suprême et effectuer leurs rituels. Cependant, malgré leur forme, tous les sanctuaires Proto-Bulgares suivaient un plan strictement défini, qui montre que, dans son essence, la religion des anciens Bulgares avait une base sérieuse. Certains des temples étaient situés sur les sites des résidences du souverain. De cette façon, ils étaient étroitement liés aux fonctions religieuses que le khan suprême remplissait avec le pouvoir administratif et civil qu'il possédait déjà.

Les temples Proto-Bulgares, malgré leur forme, se composaient de deux parties : l’une interne et l’autre externe. La partie intérieure avait des fondations plus larges et plus massives que la partie extérieure. Cette dernière était bien fermée, mais parfois aussi entourée de colonnades. La partie intérieure du temple était couverte d'un dôme (dans les temples de forme carrée), ou d'une voûte cylindrique (dans les temples de forme rectangulaire). Un autel était placé dans ces temples. Il se composait d'une base courte, d'une courte colonne et d'une surface plane. Le feu sacré était entretenu dessus.

On trouvait des bassins d'eau dans les temples des Proto-Bulgares. Son utilisation était nécessaire à l'accomplissement de cérémonies et de purification rituelle. Chaque temple Proto-Bulgare était alimenté en eau à partir d'une source naturelle ou d'un puits spécialement creusé. Les objets rituels étaient lavés à l'eau et les prêtres se lavaient et se purifiaient durant des cérémonies.

L'eau en tant qu'élément était vénérée tout autant que le feu. Elle symbolisait une excellente santé physique et l'infini. Le culte de l'eau et de la pureté est attesté par des sources écrites, qui décrivent les actes rituels accomplis par le Khan Kroum devant Constantinople. Le souverain bulgare est rituellement entré dans la mer, puis s'est purifié de son eau avant d’en asperger ses soldats.

La religion des Proto-Bulgares reste floue, mais nous savons qu’elle avait ses cérémonies et ses lieux sacrés propres. Elle était principalement pratiquée par l'élite dirigeante : le Khan, ses successeurs, les boyards et la classe sacerdotale, qui avaient un système hiérarchique et des titres complexes.

Ainsi, en ces temps troublés, suivant les mêmes principes moraux, coutumes et voie spirituelle, les Proto-Bulgares ont réussi à s'établir en tant que communauté cohésive et soudée pour faire face aux difficultés et aux défis de l'époque. La religion unifiée a aidé le pays à avoir un pouvoir centralisé fort et à respecter strictement le principe de pouvoir unique et de l'obéissance inconditionnelle à la volonté du souverain suprême. Bien que les Proto-Bulgares furent tolérants envers les autres religions (nombreux étaient ceux parmi eux, qui avaient accepté le christianisme), la foi envers le dieu suprême était entretenue comme il se doit, et en son honneur les temples sacrés étaient érigés. Et même si plus tard l'opposition entre chrétiens et disciples de l'ancienne religion est devenue particulièrement vive et a conduit à certains conflits internes dans le pays, le rôle des temples n'a pas beaucoup changé. Les temples érigés auparavant, dans lesquels le Dieu suprême était adoré, ont été pour la plupart reconvertis en églises et monastères, où les plus sages et les plus habiles des Bulgares ont continué à développer leurs compétences, leurs arts et leur vie spirituelle d'une manière qui cherchait à préserver et à transmettre l'ancien patrimoine spirituel et culturel, dans le but de préserver les coutumes et traditions.

02/06/2020