Le Premier Empire Bulgare

KHAN OMOURTAG LE BÂTISSEUR

Khan Omourtag (appelé dans certaines sources Mourtagon) est le fils du khan Kroum. Il monta sur le trône après la mort soudaine de son père, ce qui provoqua des troubles au sein de l'État bulgare. Comme il était encore jeune, n'ayant pas acquis la maturité et l'expérience nécessaires, Omourtag débuta les premières années de son règne (814-816) sous la tutelle de trois grands boyards. L'un d'eux était le frère de son père. La mesure la plus importante prise par Omourtag a été de conclure un traité de paix de 30 ans avec Byzance en 815. Il s'agissait d'une décision politique clairvoyante et habile visant à soulager l'État bulgare et une opportunité pour le nouveau dirigeant de faire face à la décentralisation, survenue après la mort du Khan Kroum. L'une des raisons en était l'influence chrétienne accrue, due aux nombreux colons que Kroum avait ramené des terres byzantines. Cela ébranla la foi traditionnelle et sapa l'autorité de la caste des prêtres de Tangra. Influencé par les grands boyards, menés par l'un d’entre eux du nom de Tsok, Omourtag commença à persécuter les chrétiens.

Le khan bulgare entreprit une série de réformes en parallèle pour renforcer son pouvoir et contrer la décentralisation existante. Il était alors détenu de manière absolue par les chefs de tribus, qui jusqu'à présent avaient dirigé et commandé à leur guise les guerriers et les terres qui leur étaient confiés.

Le khan Omourtag délimita le pays en dix « komita » (districts), à la tête desquels il nomma des gouverneurs qu’il choisit personnellement, appelés les komitis. Ils étaient assistés dans leur tâche par des gouverneurs militaires régionaux : les tarkhans. Ces réformes, bien que mises en œuvre, ont progressivement provoqué des désaccords avec les tribus slaves des Timochanis, Abodritis et Branichevtsis. En 818, ils firent sécession des terres bulgares et rejoignirent l'Empire franc. La question fut réglée des années plus tard, par voie militaire, après que les ambassadeurs envoyés auprès de l'empereur des Francs n'aient obtenu aucun résultat. Le conflit entre les Bulgares et les Francs a duré environ deux ans (828-830), à l’issue duquel la province autour de Syrmie fut reprise et toute la zone entre les rivières Tisza et Ister fut conquise.

En ce qui concerne Byzance, Khan Omourtag suivit une politique étrangère cohérente, observant le traité de paix. En 823, honorant les conditions de ce même traité, il se précipita au secours de l'empereur, l'aidant à faire face à la révolte menée par le général byzantin Thomas le Slave.

La politique de Khan Omourtag s’est caractérisée par une construction dynamique. Initialement, cela s'est exprimé par une réforme dans le domaine des fortifications. Le système de buttes en terre, de remparts et de fossés, qui était appliqué avec succès par les khans Asparoukh et Tervel, céda progressivement sa place à de solides villes-forteresses médiévales. Le bâtiment en pierre est un symbole de l'invincibilité du pouvoir de l'État. Omourtag a également construit de nombreux temples, auls et systèmes d'approvisionnement en eau.

La contribution la plus importante du Khan Omourtag fut la construction et la restauration de Pliska, qui avait été incendiée pendant le règne de Kroum. Omourtag entoura la ville d’épais murs de forteresse, érigea de grands et de petits palais, de nouveaux temples, des maisons et des bâtiments administratifs en pierre.  Sur la rivière Toucha (Kamtchia), non loin du village actuel de Kroumovo, le souverain construisit un aul. Le complexe comprenait une forteresse, une caserne et la résidence du souverain. Son objectif principal était de défendre les cols dans la partie orientale de la montagne et les voies menant à Pliska. 

Des sources médiévales mentionnent également le palais que le khan Omourtag avait construit sur la rivière Ister, un symbole du pouvoir et de l'autorité bulgare. Les constructions réalisées durant le règne de ce chef bulgare exceptionnel visèrent à embellir le pays et à montrer au monde avec éloquence que la Bulgarie n’était pas un État barbare parmi tant d’autres. Aujourd'hui encore, les vestiges des bâtiments en pierre d'Omourtag impressionnent les visiteurs de Pliska et de Madara. Ils ont dû avoir sans aucun doute un impact impressionnant sur les voyageurs proches et lointains qui les ont visités pendant le Haut Moyen Âge.

Grâce à l'activité de construction et la paix durable avec la grand rivale Byzance, la Bulgarie a réussi à stabiliser sa position sur la scène européenne et mondiale. Khan Omourtag travaillait avec l'avenir en tête pour laisser un héritage dont ses descendants seraient fiers. Il nous laissa ces mots remarquables ...

« Même si un homme vit honorablement, il mourra et un autre naîtra. Que celui qui naîtra plus tard, en regardant ceci, se souvienne de celui qui l'a bâti... »

Les invités et les visiteurs du Parc Historique peuvent découvrir la vie et la grandeur du Khan Omourtag, présenté d'une manière unique, sous la forme d'une mini-bande dessinée. L'œuvre souligne les moments clés de la vie de ce souverain bulgare, montrant des motifs habilement entrelacés de vêtements et d'architecture médiévaux, typiques de l'époque d'Omourtag le bâtisseur.

27/05/2020