Le Premier Empire Bulgare

LES BUTTES DÉFENSIVES DE LA BULGARIE DANUBIENNE

Pour protéger les frontières de la Bulgarie danubienne, Asparoukh lança une politique de construction à grande échelle. Elle visait à construire une série de monticules de terre et de tranchées s'étendant sur des dizaines de kilomètres. Certaines de ces défenses furent renforcées à des points importants avec des fortifications supplémentaires - initialement en bois et plus tard en maçonnerie, devenant partie intégrante de ce que l’on appelait les « aouls » ou forts qui gardaient les frontières.

Le long de la côte de la mer Noire, depuis Varna vers le sud, les Proto-Bulgares fortifièrent toutes les zones côtières où la flotte byzantine pouvait débarquer. Directement sur le rivage ou autour du premier champ accessible depuis ces zones, ils construisirent de hauts remblais, comprenant une tranchée faisant face à la mer. Le site d'Asparuhov Val dans la baie de Varna est l'une de ces buttes défensives. À l’origine, la structure faisait plus de trois kilomètres de long. Une colonne de marbre plus ancienne gravée d’un IYI (un symbole Proto-Bulgare récurrent) y a été découverte. Des camps fortifiés ont également été construits sur le rivage escarpé au-dessus de la baie de Kavarna.

Dans la partie centrale la plus basse de la Dobroudja, où le Danube est le plus proche de la mer à Constanta, à travers les champs et les collines, le pays est traversé par trois monticules. Deux d'entre eux - la petite tranchée de terre et la grande tranchée de terre, diffèrent par la taille de leur remblai. Le troisième - le soi-disant monticule de pierre, est tapissé sur la face nord frontale de pierre (calcaire), taillée en blocs réguliers.

Au départ, la grande tranchée faisait face au nord. Selon certains chercheurs, sa construction remonte à la fin de l'Antiquité - entre le IVe et le Ve siècle. On pense que la raison du renforcement de cette partie étroite de la Scythie mineure était la menace grandissante des Goths ou des Huns. Certains chercheurs ont souligné plus récemment qu'en réalité, le monticule aurait été construit contre les Bulgares, qui faisaient autrefois partie de l'alliance tribale des Huns et combattaient sous la direction d'Attila et de ses fils. Devant la face nord de la tranchée se trouve un large fossé, qui rend difficile la traversée depuis le nord. Du côté intérieur de la tranchée, c'est-à-dire du côté sud, vers le remblai de terre, il y avait de grandes fortifications en terre - des camps, où l'armée était stationnée pour la défendre.

Après que les Proto-bulgares se soient installés dans la partie nord de la Scythie Mineure, ils ont tourné la face de la tranchée vers le sud, creusant un nouveau fossé sur son côté sud, traversant les monticules des grands camps. Cette reconstruction du grand monticule a eu lieu en même temps que la construction rapide du grand camp de Nikulitsel, où l'on pense que la capitale d'origine de la Bulgarie danubienne était située dans la région d'Ongal.

Dans la mémoire populaire, le souvenir des travaux de construction et de fortification d'Asparoukh dans cette partie de la Dobroudja a été préservé jusqu'à la fin du XIe siècle, ce qui témoigne du rôle extrêmement important joué par les remparts et les fortifications en terre dans le Premier Empire bulgare.

Le puits de pierre peut également être renvoyé aux installations de protection érigées par le fondateur de l'État bulgare. Il fait également face au nord. Le puits de pierre est une structure en terre, comme les autres, mais sa face est bordée de blocs de calcaire sculptés. Un fossé passe devant lui, ce qui, comme les autres, le rend plus inaccessible. Les blocs droits sculptés, qui lui ont donné une apparence très monumentale, sont sans aucun doute une analogie avec la construction de grands bâtiments en pierre dans le berceau culturel des Proto-bulgares - Pliska.

 Les cols de la chaîne des Balkans constituaient une protection fiable de l'État bulgare au sud. Bien que les Proto-bulgares connaissent depuis longtemps les villes, la population et la culture byzantines, et que les Slaves ont longtemps vécu directement sur le territoire byzantin, l'arrivée soudaine des Proto-bulgares en terre byzantine a créé des conditions constantes de méfiance et de conflit entre ceux qui étaient les véritables maîtres des provinces du Danube inférieur et ceux qui s’en sentaient les propriétaires légitimes. Le gouvernement de l'État bulgare et le gouvernement byzantin ont fait des efforts pour renforcer les endroits accessibles des cols et des gorges dans les montagnes des Balkans. Une telle barrière, longue de plusieurs dizaines de kilomètres, s'étend de la côte de la mer Noire à Obzor (la ville médiévale de Kozyak) dans les montagnes. C'est encore une structure en terre impressionnante dans certains endroits et est connue sous son nom turc tardif : « guermé ».

La question de la protection contre les Avars était extrêmement préoccupante pour le jeune État. Bien que les Avars fussent un peuple proche d'origine et de culture des Proto-bulgares, ils se révélèrent être un adversaire féroce. Une longue ceinture de protection en terre fut érigée dans toute la Valachie. Ses deux extrémités reposaient sur le Danube. Parmi la population roumaine locale, elle s'appelle Novakova Brazda.

 Les parties occidentales du pays s’étendaient jusqu’a la région de Lom. Le territoire des sept célèbres tribus slaves s'étendait jusqu'à ce point. Derrière ces tranchées se tenaient côte à côte les guerriers slaves et des guerriers d'élite Proto-bulgares.

Le système de remparts défensifs, de fortifications en terre et de colonies frontalières protégées et de camps militaires, que le khan Asparoukh a érigé avec ses alliés bulgares et slaves, est devenu un obstacle sérieux pour leurs ennemis. Grâce à eux, les habitants de la Bulgarie danubienne ont réussi à repousser les invasions des Byzantins, des Avars et à résister aux tentatives des Khazars s'avançant depuis l'est dans la fureur du sifflement des flèches et le fracas des épées.

Par la suite, après avoir repoussé les incursions initiales, ce système de fortifications défensives et de postes de garde s'est développé et amélioré.

Au Parc Historique, les visiteurs peuvent voir la reconstruction d'un camp militaire fortifié Proto-bulgare, typique de l'époque du khan Asparoukh et du système de protection des remparts. L'installation est entourée d'un fossé, possède un remblai de terre surélevé et des pieux affûtés, où les guerriers peuvent être logés dans des yourtes mobiles ou dans des maisons en bois. Ces établissements fortifiés faisaient partie intégrante du système de remparts avec lequel nos ancêtres défendaient leurs terres.

Visitez le Parc Historique et prenez part à l'histoire du grand peuple bulgare.


07/10/2020