Le Second Empire Bulgare

LA FORTERESSE DE BDINE (VIDIN)

Le nom Vidin est apparu au Moyen Âge et est associé à la légende populaire de la fondation de la ville. Elle se lit comme suit:

"Les terres entre le Danube et la Morava appartenaient autrefois à un frère et une sœur. Le frère s'appelait Nisha et le nom de la sœur était Vida. Ils divisèrent le pays de sorte que Vida reçut la région du Danube et Nisha la périphérie de Nishava et Morava. Vida a ensuite construit la ville de Vidin sur la rive droite du Danube, et son frère la ville de Nis sur la rivière Nis.”

Bdine, situé à un point de passage important, possède une puissante forteresse depuis l'époque romaine. Par la suite, lorsque les Bulgares de Khan Asparoukh s’y sont établis, elle a été renforcée et reconstruite, devenant l’un des bastions importants de l’État. Comme elle était entourée par Belgrade et Branitchévo sous domination bulgare et les terres bulgares du Danube à l'époque protégeant ses arrières, c'était un centre administratif et fortifié interne qui n'était pas constamment soumis à des raids et des attaques externes. Pendant les combats entre le tsar Samuel et l'empereur Basile II, la forteresse de Vidin a opposé une résistance héroïque et n'est tombée qu'après un siège de huit mois. Après sa conquête, l'empereur byzantin reconstruit ses fortifications. Pendant le Second Royaume bulgare, la forteresse repoussa les fréquentes attaques des Magyars. Les vestiges de la forteresse médiévale ont été bien conservés à ce jour et sont connus sous le nom de tours Vidini ou forteresse Baba Vida.

Au Moyen Âge, la région de Vidin, gouvernée par la puissante ville fortifiée de Bdine (Vidin), était une unité administrative indépendante. C'était le centre du diocèse de Bdina et un important noeud commercial. Il servait à la fois de port où les marchandises importantes pour le commerce intérieur étaient importées de l'étranger et de point de transit clé pour le commerce avec la Valachie et la Hongrie.

Après la conquête de Vidin par l'empereur Basile II, Bdin devint une province byzantine. L'épiscopat de Vidin était initialement subordonné au patriarcat de Constantinople, puis fut placé sous l'autorité de l'archevêque d'Ohrid.

Durant le Second Royaume bulgare, Bdine est devenu une forteresse frontalière, surveillant la région du nord aux frontières de la Hongrie. Après le transfert de Belgrade et de Branitchévo aux mains des Hongrois, l'importance de Bdine en tant que place fortifiée, protégeant la frontière des attaques ennemies, s'est considérablement accrue. Bdine a été reconstruite en château féodal et a grandi, continuant à remplir son objectif initial - défendre les terres bulgares des envahisseurs. Par la suite, la ville et ses environs sont devenus une partie de ce que l’on appelait la «principauté de Vidin», qui imposait son propre gouvernement autonome, indépendant du gouvernement central de Tarnovgrad. Par la suite, le fils d'Ivan Alexandre, Ivan Sratsimir ,a fondé le royaume de Vidin, qui a duré peu de temps, tombant sous les assauts des Turcs ottomans.

La fière ville médiévale de Bdine et les vestiges de la majestueuse forteresse continuent d'étonner et d'inspirer les voyageurs à ce jour.

Dans la galerie d'art du Parc Historique, tous les invités et visiteurs peuvent profiter de la majesté de Bdine. Il a été recréé sur une toile par l'un des artistes bulgares les plus célèbres "Vasil Goranov". Mentionné dans les journaux de l'historien et voyageur arabe Ibn Idrisi, Bdin est un témoignage clair que le peuple bulgare a toujours été le créateur de grandes villes, symbole de la culture et de sa grandeur.

24/11/2020