Le Second Empire Bulgare

L’ÉCONOMIE DE LA POPULATION DU DEUXIÈME ROYAUME BULGARE

Le bœuf, utilisé comme animal de trait, continua d'être la force motrice dans le domaine agricole - même l'impôt de base fut établi sur la base de la terre qui pouvait être cultivée avec une paire de bœufs. Les terres arables ont été intensément cultivées. Elles étaient d’abord défrichées, les arbres et les buissons étant déboisés par le feu – ce que l’on appelle le « trebej » ou brûlis. Après le défrichement, la terre était labourée une fois, et après quelques jours une nouvelle fois, et dans certains cas un troisième labour était effectué. Ce n'est qu'après ces étapes préparatoires que la terre était considérée comme prête à être semée. 

Le système biannuel prévalait sur les terres bulgares, c'est-à-dire que tous les deux ans, la terre était laissée en jachère. Pour les paysans, l'élevage n'était aussi important que l'agriculture. Les Bulgares élevaient du gros et du petit bétail, dont une partie pouvait paître librement dans les montagnes. 

Les paysans mettaient de côté la majeure partie de la production agricole pour le paiement des impôts royaux. 

Au Moyen Âge, les cours d’eau vive étaient sous contrôle constant. Les monastères gardaient jalousement ces droits d’exploitation : les chartes, rédigées pour leur seul bénéfice, interdisaient strictement "de drainer l'eau du monastère" ou "de transférer l'eau à travers les terres de l'église". L'énergie hydraulique était maîtrisée depuis longtemps, le plus souvent utilisée pour la production des moulins. 

Le gros des artisans était rassemblé dans certains quartiers des villes, les fabricants étant réunis en guildes professionnelles. Ils réglementaient strictement leur production et parfois celle des autres, limitant de manière majeure la concurrence étrangère. 

Les ateliers d'artisanat médiéval étaient situés dans des constructions sommaires : principalement sous des échoppes. Les conditions de travail des artisans étaient basiques. Ils créaient cependant des produits de qualité. Parfois les ateliers étaient parfois des « points de vente », c'est-à-dire que les produits finis pouvaient y être achetés. La poterie était un secteur très développé. 

Les bijoutiers étaient prospères dans les grandes villes et particulièrement dans la capitale de Tarnovo. Les artisans de la grande cité avaient des qualités renommées qui les classaient parmi les meilleurs de cette sphère. 

Le commerce des villes et des villages était effectué par des intermédiaires spéciaux, que les sources médiévales appellent des « panagiri » (du mot bulgare « panayr / панайр » désignant une foire) et mentionnent dans les chartes royales. Les ventes aux enchères annuelles des monastères étaient les plus réputées, qui faisaient venir une large foule des terres proches et lointaines. 

Les navires des villes-républiques italiennes étaient ancrés dans les ports de la mer Noire : ils payaient une somme symbolique pour l'amarrage de leurs navires. Parfois, la rivalité commerciale entre Venise et Gênes allait au-delà de la libre concurrence et dégénérait en guerres ouvertes. Il est arrivé (par exemple pendant le règne du tsar Théodore Svetoslav) que les Bulgares confisquent les navires génois, ce qui a conduit à la rupture des relations commerciales. Selon un acte de don du tsar Ivan Alexander, les Vénitiens bénéficiaient de grands privilèges : ils avaient le droit d'ouvrir des « factorii » (comptoirs de commerces), desquels étaient dirigées les importations et les exportations. 

Au Parc Historique, les visiteurs et les invités peuvent approcher et acquérir des objets en cuir, des poteries ou de outils de métal uniques, fabriqués dans l'esprit des anciens ouvriers et artisans bulgares. 





25/05/2020