Le Second Empire Bulgare

QUELS HABITS PORTAIENT LES GENS DU DEUXIÈME ROYAUME BULGARE

Cela était particulièrement remarqué dans le type et la qualité des matériaux utilisés,et si le vêtement était recouvert de broderie,d'ornements en or et / ou en argent,et des bijoux utilisés.

Les gens ordinaires portaient généralement des habits en peau de mouton. Les vêtements d’extérieur pour hommes étaient faits en peau d'agneau. Par-dessus, ils portaient des capes en feutre, qui étaient équipés d’une capuche. Ils se chaussaient de « tsarvuli », des souliers cousus en cuir de veau et recouverts de bandes molletières autour des jambes, nouées avec du crin de cheval tressé, entrelacé en de riches motifs. Durant les fêtes, les bandes molletières étaient remplacées par des bas de laine épaisse qui arrivaient jusqu’aux genoux et dont la partie supérieure était de différentes couleurs. Les Bulgares se couvraient la tête de bonnets de laine. Ils étaient également en feutre et étaient même connus à Byzance sous le nom de "produit bulgare". 

 La coupe des vêtements était simple et le matériau à partir duquel les vêtements étaient cousus assez grossier. La tenue de fête masculine se composait d’une longue chemise qui tombait librement jusqu'aux genoux et était impérativement maintenue autour de la taille avec une ceinture. Le plus souvent, la chemise était blanche, mais il y existait d'autres couleurs : marron, vert foncé, bleu foncé et bien d’autres. Les vêtements pour hommes n'étaient pas aussi colorés que ceux des femmes. Les chemises étaient biseautées au niveau de la poitrine et les manches aux poignets étroites. Tous les hommes, riches ou pauvres, portaient des pantalons cintrés appelés « gachti ».

Les aristocrates préféraient les couleurs vives : avoir des couleurs et des motifs différents sur son pantalon était considéré comme le summum du goût. Les hommes des classes modestes les tenaient en place avec un cordon, tandis que les plus riches les serraient avec une ceinture. La ceinture portée par les aristocrates était ornée de nombreuses plaques représentant des humains et des animaux, incrustées de dorures et de pierres précieuses.

Parmi leurs accessoires, les hommes portaient surtout des anneaux. Les hommes des classes pauvres portaient des bagues métalliques simplement forgées. Les boyards, eux, arboraient des chevalières en or massif, ornées d'inscriptions, de diverses images, de motifs héraldiques et de pierres précieuses. Ces anneaux jouaient généralement le rôle du sceau avec lequel ils tamponnaient leurs lettres et documents.

Les Bulgares, à la manière des Byzantins, portaient la barbe et la moustache, et leurs cheveux étaient longs et tombaient librement sur leurs épaules. Les cheveux longs étaient considérés comme le privilège d’un homme né et resté libre. Par conséquent, seuls les esclaves portaient les cheveux courts au Moyen Âge.

La tenue féminine était particulièrement élégante. L’habit de fête était une longue chemise en lin qui couvrait également les chevilles. Les normes de décence et relatives à la religion chrétienne exigeaient que le vêtement soit fait de manière à ne pas montrer les courbes du corps en dessous. Autour du cou, les vêtements de femme étaient lacés et ornés de tresses et de fil coloré. Les manches étaient cintrées et boutonnées. Les femmes ne s'habillaient pas différemment des hommes, mais leurs vêtements étaient rehaussés par une variété de couleurs – bigarrées et vives.

Les femmes de Tarnovo portaient un type de couvre-chef spécial, composé d'une coiffe, qui montait haut et partait vers l'arrière de la tête et tombait ensuite librement sur les épaules. C'était le fameux « sokaï » de Tarnovo. Les femmes les plus aisées de Tarnovo, les épouses des boyards, les filles et femmes de la haute noblesse paraient leur tête d'un sokaï sur lequel des nattes de fils d’or étaient entrelacés.

Les femmes bulgares du Moyen-âge raffolaient des bijoux. Les boucles d'oreilles et les boutons portés par les femmes modestes étaient de forme relativement simple et étaient faits de cuivre, de bronze, de fer et de verre coloré. À cette époque, les tenues féminines se distinguaient par leur décoration colorée et leur coupe simple.

 Les vêtements de l'aristocratie bulgare ressemblaient à la mode byzantine. Les boyards faisaient faire leurs vêtements à partir de tissus importés de Byzance, d’Europe occidentale et d’Orient. Les vêtements étaient richement décorés d'or, de perles, de bijoux et de pourpres.

La tenue aristocratique féminine était particulièrement somptueuse et élégante. Les étoffes tissées d'or et richement décorées prédominaient. Sur les habits de Desislava - l'épouse du sébastokrator (« souverain vénérable ») Kaloyan, dont un portrait est parvenu jusqu’à nous, on peut voir des médaillons brodés dans lesquels des lions sont représentés dans une pose héraldique. Les perles qui couvraient les vêtements de cérémonie des princesses bulgares étaient innombrables.

Les boyards raffolaient de diadèmes somptueux - tout en or et en pierres précieuses. Boucles d'oreilles, chaînes, breloques, colliers, bracelets, pendentifs en or, pierres précieuses et émail étaient particulièrement recherchés.

Les invités et les visiteurs du Parc Historique auront l'occasion unique de voir des costumes restaurés d’habitants du Second Royaume bulgare. Nos reconstituteurs et héros partageront des représentations spécialement organisées pour vous et vous transporteront à une époque où les rois et nobles bulgares rivalisaient en courage et en splendeur avec leurs voisins byzantins. Tout le monde pourra revêtir un costume de boyard bulgare et prendre une photo dans une atmosphère digne des hauts faits du Moyen-âge.

12/05/2020