Le Second Empire Bulgare

L’ALIMENTATION DES HABITANTS DU SECOND ROYAUME BULGARE

Du XIIe au XIVe siècle, les champs de Bulgarie étaient semés de blé, de seigle, de millet commun, d'orge, d'avoine et bien d’autres. Les légumes les plus connus étaient le chou, la laitue, le navet, les fèves, les lentilles, les pois, les plantes légumineuses (excepté les haricots), les betteraves, les carottes et les concombres. Les vergers et les jardins fruitiers regorgeaient de cerises, de fraises, de pommes, de prunes, de poires, de coings, d’amandes, de noix ou de noisettes. Les melons et les pastèques étaient également répandus. De nombreux troupeaux de moutons à la laine fine et de vaches fertiles broutaient paisiblement dans les campagnes, et les troupeaux de chèvres étaient communs dans les prairies des Balkans. Les porcs, les canards, les oies, les poulets, les pigeons, étaient élevés dans les basses-cours des villes et des campagnes.

La pêche était une source importante de nourriture – ce n’est pas un hasard si dans les chartes royales, une référence constante était faite aux "pêcheries" qui étaient maintenues sous bonne garde. Les "poissons gras et massifs du Danube", étaient particulièrement célèbres et qui, selon les auteurs byzantins, atteignaient rarement les tables de Constantinople, mais que c’était la raison pour laquelle ils étaient particulièrement appréciés. Les connaisseurs appréciaient les poissons pêchés dans les eaux claires du lac Ohrid.

Les poissons étaient attrapés au filet, à la nasse ou à la canne à pêche. Même dans les petites rivières, comme la Yantra, d’imposants poissons étaient péchés.  Malgré les édits stricts qui interdisaient et punissaient le braconnage, les gens réussissaient d'une manière ou d'une autre à obtenir ce type de nourriture. La chasse était une source stable d’alimentation pour le petit peuple. 

La vigne était largement cultivée sur le territoire bulgare et nos ancêtres étaient bien connus pour leur production de miel : il était stocké dans des outres en peau et figurait parmi les produits les plus célèbres exportés par les Bulgares. Un titre spécial, « l’apiculteur royal », était même devenu une institution.

La variété des aliments et des boissons garnissait rarement à la table des humbles. Au Moyen Âge, on mangeait peu : une fois, au maximum deux fois par jour. Les Bulgares de condition modeste ne mangeaient souvent qu’une seule fois, leur nourriture principale étant le pain. Ils le cuisaient si grand qu'une miche de pain était suffisante pour que dix hommes de large stature puissent manger à leur faim.

Le pain de blé blanc n'était pas un repas fréquent à la table des pauvres. Dans la plupart des cas, les gens ordinaires préparaient leur pain à partir de seigle ou de millet en le mélangeant avec du son et parfois des glands. Habituellement, chaque maîtresse de maison préparait elle-même le pain pour la famille, parfois dix jours à l'avance.

Le menu des pauvres était parfois relevé avec du boulgour et des ragoûts, et le soir, ils mangeaient généralement des fruits et des légumes. S'ils avaient de la viande, ce qui arrivait rarement, ils la préféraient "grillée", "rôtie" ou "frite". L'un des plats les plus prisés était le « poisson en croûte », mais généralement le poisson était consommé « fraîchement salé ».

Parfois, la femme du foyer cuisinait « une sorte de ragoût » ou « bouillon », et pendant les années de disette, les pauvres vivaient « de quelques épis de seigle », qui étaient bouillis dans l'eau. Du fromage de chèvre était également produit.

À cette époque, les Bulgares des classes laborieuses utilisaient presque exclusivement des aliments végétaux. L’ail était consommé en grande quantité. Ce qui n'était pas à la portée des pauvres, abondait à la table des rois et des aristocrates.

Pour la classe aisée, le petit déjeuner était le repas le plus consistant : il se composait de plusieurs plats, traditionnellement servis chauds. Les épices étaient également très appréciées. Il était considéré de mauvais goût de manger sur une table nue et de boire du vin dans de petits verres.  L'homme riche était remarqué avant tout « par les vases d'or et d'argent » et les couverts, utilisés par l'aristocratie. Certains d'entre eux étaient souvent gravés d'inscriptions indiquant qui en était le propriétaire. Malgré tout cela, dans les châteaux des boyards comme dans les chaumières des paysans, on mangeait avec ses doigts. 

Les plats les plus exquis étaient bien sûr servis à la table royale, où « tout resplendissait d’un faste de fête ». Les coupes d'or et d'argent étaient sorties lors des grandes fêtes religieuses. Cette vaisselle n'était utilisée que pour des occasions exceptionnelles et servait plutôt de signe extérieur de richesse. Du pain fait de blé était servi sur la table royale et le vin était versé dans de larges verres et il était « riche en arômes et pétillant, aussi agréable en apparence qu’en goût ».

Les invités et les visiteurs du Parc Historique peuvent déguster de délicieux plats, à base de produits bio naturels et auront le plaisir de manger dans des plats et avec des ustensiles fabriqués sur le modèle de ceux qu’ont utilisé les puissants nobles du Second Royaume bulgare. En plus de leur savoir-faire sophistiqué, qui contribue à donner vie à l'esprit de l'époque, ces couverts et cette vaisselle sont également fonctionnels et modernes. Ils conviennent à un usage quotidien, combinant la splendeur ancienne des artisans à leur fonctionnalité moderne.

25/05/2020