Les Slaves

LA COMMUNAUTÉ PARMI LES SLAVES

Une union regroupant des personnes de la même origine ancestrale ou plusieurs familles liées par des liens de sang étroits, était appelée «zadrouga» (communauté) par les Slaves.

Les membres de la communauté slave vivaient ensemble et travaillaient en groupe et possédaient des biens sous la direction d’un patriarche élu. Certaines «zadrougis» pouvaient atteindre 60 membres. L’aîné de celles-ci était généralement soit le père, soit le frère aîné. Il gérait la maison et la propriété de la zadrouga, distribuait le travail entre les membres masculins de la communauté et les travailleurs, décidait ce qu'il fallait produire pour la vente, quels matériaux acheter et protégeait les intérêts de toute la famille. L’aîné menait les cérémonies et les sacrifices en l'honneur des divinités slaves. Il était un représentant de son clan aux grandes assemblées où les questions tribales et nationales étaient débattues. L’égalité était la norme entre les membres de la communauté. Le terrain sur lequel vivait la famille était une propriété commune qui pouvait être utilisée de manière égale par tous les membres de la zadrouga. Il n'y avait pas de pauvres dans la communauté. Tout le monde était membre d'une famille qui prenait soin de son existence. Seuls ceux qui ont été expulsés de l'union familiale en guise de punition pour une transgression étaient pauvres. C'est pourquoi pour les Slaves les termes pauvreté et honte signifiaient la même chose, c'est-à-dire que, selon eux, seuls ceux qui ont commis un crime et ont été expulsés de la fraternité pouvaient être pauvres.

La position des femmes dans la communauté familiale était respectable. La plus âgée des femmes (maîtresse de maison, épouse du chef) gère toutes les femmes de la famille et répartit le travail entre elles. Dans les communautés slaves, lorsque les hommes étaient absents de leur domicile pour le travail, une régence féminin avait lieu.

Plusieurs familles apparentées qui vivaient dans des colonies rurales séparées formaient une tribu et la terre occupée par la tribu était appelée «joupa» (comté, district). Le centre de la joupa était la ville - la forteresse du comté. Les Slaves construisaient généralement cette fortification soit au milieu des marais, soit sur une colline à la façon une péninsule. Du côté où elle rejoint les hauteurs environnantes, elle était protégée par un remblai et un fossé, et de l'autre côté - avec des pentes raides. Chaque joupa était gouvernée par un ancien choisi par une famille particulière. Les affaires communes du comté étaient décidées lors d'une réunion tenue avec tous les anciens des familles.

Parfois, les tribus s’unissaient pour une défense ou une attaque commune, mais ce n'était que pour une courte période. Une fois le danger passé et / ou la campagne militaire terminée, chaque tribu et communauté continuait à être gouvernée selon les décisions de leurs aînés.

La communauté slave était l'union de la société. Et bien que les Slaves aient obtenu des résultats remarquables - tels que les campagnes militaires qui ont mené au siège de Thessalonique, en même temps le manque de centralisation et d'autonomie de chaque ancien a souvent conduit à des conflits et à des différends, ce qui a encore affecté leur développement.

Cependant, on ne peut nier que le principe de communauté, profondément enraciné dans l’essence slave, continue d’être vivace à ce jour. Rassembler les gens pour réaliser des faits exceptionnels ensemble, créer de nouvelles choses dans différents domaines et contribuer à augmenter la valeur ajoutée pour chaque membre de la société, est en fait une forme d'association.

Ce comportement cohésif et les efforts inlassables déployés pour construire une magnifique création ont été ramenés à la vie au Parc Historique. Chaque invité et visiteur peut voir ce qui a été créé par des gens ordinaires, des Bulgares au cœur réel, unis par l'idée de préserver leur héritage culturel passé et ancien.

31/10/2020