Les Slaves

LES SCLAVÈNES SLAVES

Le mot "Sclavinii" a été introduit par les chroniqueurs byzantins à la fin du VIe siècle. Il est utilisé pour marquer la totalité des territoires occupés par les Sclavènes qui se trouvaient sur la rive gauche du Danube, c'est-à-dire dans la plaine valaque d'aujourd'hui. À cette époque, le Danube avec son système de forteresses était encore un rempart défensif conséquent, qui gardait dans une certaine mesure les avancées des masses sclavènes.

Dans "Les miracles de saint Démétrios" (dans la partie composée entre la fin du VIe siècle et 620), faisant référence à la première attaque des Sclavènes et des Avars contre Thessalonique en 586 ou 597, la Sclavinie est mentionnée. Elle était perçue comme une principauté slave indépendante, située en dehors des pays voisins.

Au début, ce voisin était Byzance, et prétendait aux territoires sur les deux rives du Danube. Bien sûr, le contrôle de l'empire était plus théorique que réel, car l’avancée de la grande masse de colons slaves avait fait reculer les garnisons et capturé les anciennes forteresses et colonies byzantines. Plus tard, à l'arrivée des Bulgares d'Asparoukh, certaines relations diplomatiques se sont nouées entre eux et les Slaves, qui s'étaient déjà installés définitivement. Le khan Asparoukh a réussi à imposer son autorité aux Sclavènes, et a même déplacé et réinstallé certains d'entre eux afin de protéger les sections les plus instables et dangereuses de la frontière. Mais les Slaves, bien qu'agissant en tant qu’entités fédérées dans l'État nouvellement créé de la Bulgarie du Danube, ont continué à jouir de certains privilèges et ont conservé leur pouvoir sur leurs terres attribuées. Ce n'est pas un hasard si, en parlant des actions conjointes des Bulgares et des Slaves, certains chroniqueurs byzantins n’ont pas manqué de mentionner que l'armée se composait non seulement de la cavalerie bulgare mais également d'alliés recrutés depuis la Sclavinie voisine. Cette clarification montre que les tribus que les Bulgares avaient rencontrées à leur arrivée possédaient suffisamment d’influence et de force pour leur permettre de continuer à gouverner indépendamment et d'avoir leur propre terre pendant au moins un siècle de plus.

La dernière mention du terme dans les chroniques byzantines se réfère à la période 809-810, quand Nicéphore Ier Genickos ordonna aux chrétiens de tous les thèmes de Byzance de s’implanter dans toutes les Sclavinies. En 811, les Bulgares recrutèrent les combattants sclavènes, des territoires les plus proches de la capitale Pliska, c'est-à-dire les tribus alliées qui faisaient partie de l'union d'État. Durant la bataille décisive du col de Varbitsa contre l'empereur Nicéphore, il ne fait aucun doute que le khan Kroum convoqua les combattants sclavènes des territoires autour de la "région intérieure", sous sa bannière. Ce sont sans aucun doute les habitants du Nord, les sept tribus Sclavènes (qui comprenaient les Timochanis, et probablement les Moraves, les Praédénécentis, etc.). Il n'est pas exclu que l'armée de Khan Krum comprenait des milices slaves recrutées depuis les régions les plus proches de la Bulgarie, situées dans la Macédoine contemporaine. Après la conquête de Serdika en 809, l'État bulgare avait déjà établi un lien territorial direct avec eux.

 Les "Sclavinies extérieures" étaient indépendantes dans leurs affaires locales, mais subordonnées au souverain bulgare en termes de politique étrangère et de décisions militaires des principautés des tribus sclavènes. Elles étaient situées autour de la "région intérieure", qui était directement sous la domination du Khan et des Proto-Bulgares. Les Sclavinies constituaient les parties extérieures de l'union des nations bulgares. Ils étaient habités par les tribus du nord, les sept tribus qui se sont installées dans les plaines entre le Danube et les Carpates et dans la région du Timok. Les Timochanis étaient l'une des tribus des Slaves, qui unirent leur destin à celui de la Bulgarie danubienne dès les prémices de sa création et de sa formation.

Les Sclavinies, en tant qu'unités territoriales administratives directement liées à l'État bulgare, ont pu survivre jusqu'au règne d'Omourtag. Le nouveau souverain bulgare mena une réforme administrative et territoriale, qui visait à centraliser le pouvoir en réduisant l'influence des représentants individuels de l'élite aristocratique au pouvoir, à la fois parmi les boyards bulgares et parmi les princes slaves. En créant le système des « komitas », il a effectivement neutralisé l'indépendance des Sclavinies slaves. Bien que de grandes parties de l'État bulgare soient restées habitées par des Sclavènes, il n'est question nulle part d'une véritable partie de l'État et des Sclavinies voisines habitée uniquement par eux. Puis l'état bulgare a commencé à être perçu comme un tout indivisible, non seulement par les chroniqueurs, mais aussi par la population des pays environnants.

Les Sclavinies slaves, bien qu'elles se soient fondues dans la masse et soient devenues une partie de l'État bulgare, furent un élément très important qui joua un rôle durable dans sa formation. Les unions d'État et les alliances tribales créées environ deux siècles plus tôt par les Slaves sont devenues la base solide sur laquelle Khan Asparoukh s’appuya et construit son nouvel État. Bien que, selon les chroniqueurs, ses contacts et ses traités n'étaient liés qu'aux gens du Nord et aux Sept Tribus slaves, il ne fait aucun doute que leur population était la partie prédominante des habitants des Sclavinies, entourant la Bulgarie danubienne d'origine. Ainsi, recevant en tant qu'alliés et fédérés une population nombreuse, le souverain bulgare a pu étendre rapidement les frontières de son pays et utiliser toutes les ressources sous son contrôle pour renforcer, protéger et mener son royaume en peu de temps vers la voie de la prospérité.

D'après les archives des chroniqueurs médiévaux, l’attitude des Slaves montre qu’ils considéraient eux-mêmes cette union comme un grand avantage. Cependant, une longue période dut s'écouler avant que leurs princes acceptent finalement d'abandonner leur indépendance et d'investir leurs efforts et leur énergie pour construire une Bulgarie forte et prospère .

01/06/2020