Les Thraces

La terre des Thraces durant l'Antiquité

Les descriptions du climat et des nombreuses espèces animales et végétales présentes sur le territoire thrace sont du plus grand intérêt.

Pour les Grecs vivant dans les régions clémentes et méridionales, la Thrace était une terre froide, le royaume du redoutable Borée et de son envoyé, le vent du nord de. Les longues périodes de gel étaient caractéristiques des parties septentrionales thraces : la Bulgarie du Nord et la Dobroudja. Les vêtements que portaient les Thraces en hiver : les toques de renard, les longs chitons couvrant le buste et les cuisses et des capes descendant jusqu’aux jambes étaient destinés à les protéger du froid mordant de l’hiver. Les chroniques antiques décrivent le froid et le gel qui paralysaient le Danube, jusqu’aux eaux proches de la mer, qui permettaient aux charrettes de se déplacer sur la glace pour traverser. D'autres écrivains parlent de la puissance terrifiante du vent du nord, qui arrachait les toits et emportait les hautes tours.
D'après les descriptions des auteurs antiques, on peut conclure que le climat à l'époque thrace était comme celui d’aujourd'hui : avec des étés chauds et des hivers froids, et généralement plus doux dans les régions côtières, mais avec des vents forts.

La végétation thrace était très variée. Les montagnes et la plupart des champs étaient couverts de forêts centenaires, comme une mer de grands arbres élancés. On trouvait de telles forêts dans l’Hémus (la chaîne des Balkans) et dans les Rhodopes. Elles étaient remplies de gibier abondant et des rivières d'eau douce les traversaient. Une partie de la végétation a disparu avec le temps, tandis que le reste s’est transformé.

Les forêts de conifères, à flanc de montagne, contenaient divers types de pins, de sapins ou de genévriers tandis que les forêts montagneuses plus basses contenaient des types d'arbres à larges feuilles comme le chêne, le hêtre, l'orme et le cornouiller. Le myrte vert et le laurier qui faisait la fierté de Strandja, au bord de la mer de Marmara, continuent d’y pousser aujourd'hui. Il y avait beaucoup d'arbres fruitiers et certains des fruits de la « châtaigne d'eau » étaient utilisés pour faire du pain. Les riches forêts fournissaient du bois de qualité pour la construction navale.

Les herbes sauvages étaient également abondantes. Certaines étaient utiles et curatives, d'autres terriblement toxiques. La diversité de ces herbes était immense. Les chroniques relatent des montagnes entières couvertes de thym. Il y a aussi une référence à l’andropogon, qui était un remède très puissant et antihémorragique. L'armoise, les espèces sauvages de roses et les différentes variétés de champignons étaient également courantes.

Une grande variété de gibier peuplait également ces terres. On chassait même le lion et la panthère dans les marais autour de la mer Égée. Il est mentionné qu'ils habitaient les terres autour du mont Pangée, qui faisait partie du territoire thrace. Les sources biographiques du roi thrace Cotys montrent également comment il fit don d’un lion à l'un de ses subordonnés après avoir lui-même reçu une panthère en cadeau.

Le taureau sauvage était très répandu dans ces régions. Une espèce de bison s'est installée dans la vallée entre les rivières Strouma et Vardar et elle fut découverte plus tard par les Byzantins qui conservèrent son nom slave de «joubr». Les Thraces l’appelaient bolintos ou volintos. Il ressemblait au taureau domestique, sauf qu'il était plus trapu et avait une crinière sur l’échine, comme un cheval. Les guerriers et les hommes thraces chassaient souvent ces nombreuses variétés de taureaux sauvages. Ils fabriquaient des coupes à boire à partir des cornes des taureaux. Elles étaient aussi argentées et dorées. On en trouvait beaucoup en Dardanie, Maedicie et Thrace. Divers animaux domestiques, comme les moutons, chèvres et vaches, composaient de nombreux élevages. Le porc était également un aliment de base, la plupart d'entre eux étant élevés dans les bois et les montagnes. L'élevage de chevaux était une partie importante de la culture locale et les Thraces étaient célèbres pour leur cavalerie. La mer Égée et la mer Noire regorgeaient de différentes espèces de poissons, qui avaient leur place d'honneur à la table thrace.

La Thrace était une terre riche en gisements de métaux, ce qui attirait une grande quantité de colons vers le sud de la mer Égée. Les mines d'or et d'argent de la montagne Pangée et de l'île de Thassos étaient célèbres. De nombreuses guerres ont été menées pour les contrôler. De l'or natif, parfois en grosses pépites, était extrait dans la région de Péonie. Il y avait aussi des rivières, comme la Maritza et ses affluents, où l'on trouvait de la poussière d'or mélangée au sable, d'où jusqu'à cette époque la précieuse matière première était extraite.

Le cuivre et le fer étaient également largement exploités sur le territoire thrace. On les extrayait principalement dans les Rhodopes, les Balkans et Strandzha.

Les Thraces anciens habitaient des terres généreuses et majestueuses. Ce n'est pas un hasard si divers ennemis ont tenté de les conquérir tout au long de la longue période de l'Antiquité. Ce qui fit des Thraces les guerriers les plus expérimentés de l'époque, défendant les richesses de leur patrie par l'épée et l'esprit.

21/05/2020